Les risques liés au non partage d’information et de connaissance

Les entreprises un jour ou l’autre sont amenées à perdre du savoir. Cette perte est fréquemment liée à la taille ou l’organisation de ces dernières.

Ne pas mettre en place de stratégie de partage de savoir, peut être un facteur de risque.

A contrario, prendre le temps de mettre en place les bonnes méthodologies et les bons outils est un facteur d’accélération et de succès pour les entreprises.

C’est pourquoi le partage de ce savoir est un enjeu capital pour les entreprises.

Dans cet article, nous présenterons les 5 grands risques auxquels sont confrontées les entreprises ne mettant pas en place de stratégie de partage de savoir.

Prendre les mauvaises décisions

Pourquoi prend-on de mauvaises décisions ?

Selon Olivier Sibony, directeur chez McKinsey&Company, les erreurs sont liées à des préjugés et des partis pris qui faussent le raisonnement.

Afin de prendre la meilleure décision possible, il est donc indispensable de prendre en considération son instinct personnel mais aussi toutes les données possibles à disposition.

Collecter suffisamment d’informations sur chaque problème permet ainsi de faire le meilleur choix.

Dans le cas ou le savoir n’est pas distribué dans l’entreprise, ce manque de partage peut apporter l’incertitude ou la possibilité d’un échec (knowledge crash).

Un exemple emblématique est donné par la très récente faillite de la société Kodak, fleuron de l’industrie du XXe siècle, qui n’a pas su utiliser à bon escient son portefeuille de connaissances (notamment sur le numérique).

Avoir des retards de livraison

Capitaliser sur le travail de ses collaborateurs permet de prendre en main plus rapidement les sujets à traiter et évite de réinventer la roue.

Documenter et partager un sujet, permet à tout second projet travaillant sur une problématique similaire de gagner du temps.

Ne pas partager son savoir et sa production peut demander de réaliser des développements en double et ne pas pouvoir consacrer le temps de ses équipes sur d’autres sujets plus importants.

Ainsi indirectement ce manque de partage peut être raison de retard.

Perte du savoir de l’entreprise

Une étude menée par le cabinet Osterman Research a indiqué que, concernant la protection des données, 69 % des entreprises redoutent une perte des données après le départ (licenciement, fin de contrat, départ volontaire) d’un employé.

Le problème du vieillissement des populations actives, avec son lot de départs massifs, a été un symptôme significatif et visible des lacunes des stratégies des entreprises, qu’elles soient publiques ou privées, en la matière.

Il arrive que les employés partent de l’entreprise ou changent d’équipe, avec des données capitales, sans même réaliser ou alors se souvenir que ces données sont en leur possession.

En outre, de nombreux employés gardent une source de données riche de l’entreprise sur leur ordinateur personnel ou autre outil non partagé.

Cette perte peut être castatrophique à bien des égards pour la société.

Dégrader l'image de l'entreprise

La perte de connaissance (knowledge loss) (perte de connaissances) dû à une perte partielle de la mémoire organisationnelle, implique des pertes de production, des pertes de qualité et potentiellement une dégradation de l’image de l’entreprise.

Ce risque est perçu comme un risque sérieux et a été déjà expérimenté par de nombreuses entreprises.

Augmenter les coûts cachés

En entreprise le creux de connaissance (knowledge gap) dû à un renouvellement de connaissances, implique des coûts accrus pour l’acquisition de connaissances, une perte d’efficience, des délais dans l’évolution des connaissances.

Conclusion

En définitive, pour limiter un certain nombre de risque, l’adoption d’une approche stratégique du partage de savoir, est indispensable.

Le capital de connaissances et d’expériences présents dans les personnes, processus et outils forme la richesse même d’une entreprise.

Que l’on soit développeur ou dirigeant, maîtriser l’information et sa diffusion est facteur de réussite ou d’échec.

Ainsi mettre en place une culture de partage de savoir est un cercle vertueux incontournable pour n’importe quelle entreprise.

En découvrir plus sur le sujet

Comment Keltio vous aide sur le sujet